• 408011_10151492332964731_615870143_n

  • Visiteurs

    Il y a 1 visiteur en ligne

KARATÉ ET SANTÉ

 

 Karaté et santé

.

Entretien avec le docteur Franco ROMAN, Médecin  de la Fédération française de karaté et arts martiaux affinitaires.

.

Quelles sont les contre-indications à la pratique du karaté ?

Il existe deux pratiques différentes au sein du karaté : la pratique en salle et la pratique en compétition. Pour la pratique en salle, les contre-indications sont celles de tout sport. En ce qui concerne la pratique du karaté en compétition, les contre-indications sont plus strictes : par exemple, le fait de ne voir que d’un oeil associé à une mauvaise vue peut interdire l’accès au kumité (combat), à cause de la fréquence des traumatismes faciaux accidentels. Enfin, pour les athlètes de haut niveau, des examens plus poussés sont effectués, afin de déceler notamment les troubles du rythme cardiaque.

Quels sont les bénéfices pour la santé liés à la pratique du karaté ?

Le karaté peut être très bénéfique pour la santé si sa pratique est adaptée. De manière générale, le karaté va faire appel à la coordination et l’équilibre. Selon l’âge, la pratique du karaté va apporter des bienfaits spécifiques.

Chez l’enfant, il permet le travail de la latéralisation et de la précision des gestes. Le travail à deux ou en groupe lors des entraînements permet de développer les relations sociales.

Chez l’adolescent et le jeune adulte, le karaté peut avoir des vertus éducatives : il permet de canaliser la volonté et l’énergie, tout en apprenant à perdre, à gagner et surtout à respecter les règles du jeu. Vers 30 à 40 ans, il permet un entretien physique.

Enfin, lorsqu’on avance en âge, la pratique des katas (forme gymnique du karaté) est quasiment un traitement du vieillissement neurologique et musculaire. Chez les personnes âgées, la pratique du karaté gymnique entretient l’équilibre et la masse musculaire : c’est un moyen de prévention des chutes et par la même des fractures, notamment celle du col du fémur.

Quels sont les traumatismes les plus fréquents ?

Pour la pratique des katas, il n’existe quasiment pas de risques de traumatisme, notamment musculaires, à partir du moment où les surfaces utilisées sont stables et de bonne qualité.

Lors de combats, 80% des traumatismes concernent la face : lésions au niveau des lèvres, du nez, plus rarement l’oeil ou l’oreille. Ils sont dus à des coups accidentels. Les traumatismes musculaires ne sont pas rares, mais se limitent souvent à des hématomes.

Au karaté, il y a très peu d’entorses ou de lésions articulaires au niveau des chevilles, des genoux, des épaules ou du cou. Parfois, il peut y avoir des lésions au niveau de la main : entorses ou fractures des doigts.

Chez les personnes pratiquant le karaté depuis 30 ans, il peut exister une fréquence plus importante des arthroses de la hanche, liée au travail sur une seule jambe. Mais les méthodes d’entraînement actuelles sont en train de changer afin d’éviter ce type de pathologies.

Quelles sont les limites d’âge ?

Officiellement, les enfants peuvent débuter le karaté dès l’âge de 6 ans. Dès 8 ou 9 ans, ils peuvent aborder l’aspect compétition, avec des katas et du travail à deux qui sont notés. La compétition réelle ne commence que vers 11 à 12 ans. Il est rare de pratiquer à un haut niveau au-delà de 32 ans. On peut continuer le combat ensuite, lors  » d’assauts courtois « . Pour la pratique des katas, il n’existe pas de limite d’âge supérieur, au contraire.

Quels sont les équipements de protection recommandés ?

Pour la pratique des katas, aucune protection particulière n’est nécessaire.

Lors des combats en salle d’entraînement, le port d’une coquille et d’un protège-dents est vivement conseillé et le port de gants est obligatoire.

En compétition, les règles sont encore plus strictes : outre les gants, le protège-dents est obligatoire, et la coquille devrait bientôt l’être. Personnellement, je conseille également le port de protège-tibias, voire des protections de dessus de pieds. Enfin, chez l’enfant le port du casque est obligatoire en compétition.

***

Entretien avec un autre médecin, le docteur Pierre MONSEC.

Bonjour, et bienvenue  à tous.

Pourquoi vient-on au Karaté ?
Question qui a plusieurs réponses et chacun a la sienne.
Je pense que c’est un art de vivre, une passion croissante avec le temps, un épanouissement personnel, physique et psychique.
D’autres y viennent pour la compétition, le combat. Et quand on est jeune on pense avoir des choses à prouver.
À chaque âge et selon ce que l’on cherche, votre professeur devra vous y conduire dans le respect de la tradition et du code moral que vous trouverez partout. Je vous le rappelle ici :

L’honneur, la fidélité, le courage, la bonté et la bienveillance, la modestie, la droiture, le respect, le contrôle de soi.

Faisons du karaté pour nous ouvrir aux autres, partager, échanger, nous développer… mais faisons du sport parce que c’est bon pour le corps et l’esprit.

Le côté sportif

Il y a différentes attentes du sport selon ce que l’on vient y chercher.
Le combat (kumite) n’est pas une finalité pour tous les pratiquants mais il est l’un des motifs de la pratique.
Le combat peut être contre un adversaire, mais il est aussi contre soi et  ses propres craintes .
S’évaluer par rapport aux autres, c’est aussi ce que l’on fait depuis son plus jeune âge.
Le Karaté est donc une école de la vie.

Ceux, parmi les plus jeunes, qui ont des prédispositions peuvent cultiver cet art du combat.
Pour les autres, je ne le juge pas indispensable, mais la pratique de l’art martial, c’est d’abord apprendre à se maîtriser avant de savoir maîtriser un adversaire.

Il permet, grâce aux entrainements, de garder son  sang froid, ce qui n’est pas inné pour tout le monde.
Il est important que chaque professeur sache s’adapter à chaque profil de combattant et de ne pas essayer d’avoir un profil type de pratiquant. La diversité crée la richesse.

Le côté philosophique

Nous connaissons le côté philosophique de la pratique martiale et, en introduction, j’ai donné le code moral.
Mais le karaté traditionnel ne se résume pas au code moral.
Bien sûr, il faut retrouver tout ce que nous ont enseigné et légué nos maîtres et apprendre, dans nos sociétés individualistes, à vivre ensemble dans le respect de chacun.
La pédagogie employée par nos professeurs est primordiale, un bon professeur fait un bon pratiquant, dans l’esprit traditionnel de la pratique.
c’est aussi un retour sur soi, sur ce que l’on est, et sur ceux qui nous entourent.
Cela permet de réfléchir sur la vie, la mort, ce que nous sommes et ce que nous allons devenir.
Un bon karateka sait qu’il apprend  à manipuler une arme (karaté : la main ouverte) et que l’on ne donne pas une arme à un irresponsable.
Donc, en apprenant cet art, vous avez la responsabilité et le devoir de vous maîtriser.

Le côté santé

Je distingue le physique du psychique pour simplifier mais l’un ne va pas sans l’autre et sont intimement liés

Psychologiquement, la pratique du karaté permet de (re)trouver une certaine estime de soi, une assurance (parfois perdue), de diminuer nos tensions internes. Elle améliore donc le moral et permet de se détendre.
Le sport en général améliore la mémoire. La pratique du karaté par essence l’améliore puisqu’il demande concentration, attention, effort de mémorisation et un bon jugement des situations.

Physiquement, la pratique du karaté améliore l ‘équilibre, la forçe musculaire, la coordination, la souplesse articulaire et la capacité cardio-respiratoire.
Le sport augmente naturellement les défenses immunitaires et nombreux sont les médecins qui conseillent la pratique du karaté aux malades, à la condition de trouver un club avec un professeur qui sait adapter la pratique aux capacités de chacun.
Il est nécessaire d’avoir un avis médical avant de faire du karaté, compte tenu des efforts parfois soutenus qui sont demandés, mais le Karaté pratiqué raisonnablement est à la portée du plus grand nombre.

Conclusion

Le Karaté est plus qu’un sport, il permet un nouvel équilibre, un épanouissement personnel dans un nouvel art de vivre. Il est bon pour la santé physique et psychologique.

Alors soyez les bienvenus, et à bientôt .

Dr Pierre Monsec

 

RUNNINGWRITER |
sportdefille |
halim soulimani |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Clermont foot auvergne
| • ★ • pOpinée De tImb...
| ecurie